Qwant peut-il concurrencer Google ?

Qwant peut-il concurrencer Google ?

Google est devenu beaucoup plus qu’un moteur de recherche.

Mettant à profit le malaise des utilisateurs face à la propension croissante du géant de l’Internet à suivre leur activité en ligne, un nombre croissant de startups construisent des moteurs de recherche simples et sécurisés visant à proposer des alternatives à Google. Top On Web, agence de référencement dans le Brabant Wallon en Belgique nous donne son avis.

Une startup française appelée Qwant vise le secteur des moteurs de recherche de Google avec un moteur propre, qu’elle a publié en 2013. La start-up tire parti du sentiment anti-Google croissant qui s’installe en Europe. Qwant espère que son moteur de recherche, qui ne suit pas les utilisateurs et inclut les publications sur les réseaux sociaux ainsi que les résultats de recherche traditionnels, l’aidera non pas en tant qu’empire en ligne, mais simplement en tant que moteur de recherche.

Mais tirer parti du sentiment anti-Google dans une entreprise viable constitue un défi de taille, car le moteur de recherche de Google et son éventail toujours croissant d’autres services jouent un rôle important dans la manière dont les Européens accèdent aux informations.

Dans un mouvement qui était principalement motivé par la nécessité d’acheter des serveurs européens, Qwant a cédé une participation de 20% à Axel Springer, un éditeur allemand dont le directeur général a critiqué la domination de Google.

Comme d’autres alternatives de Google, DuckDuckGo et Ixquick, Qwant attire également les utilisateurs qui se méfient des politiques des entreprises en matière de suivi de leurs activités en ligne. Des géants de l’internet tels que Google et Facebook utilisent des données provenant de l’activité en ligne des utilisateurs pour vendre des publicités ciblées. À l’inverse, Qwant ne suit pas les mouvements en ligne des utilisateurs et vend de la publicité uniquement sur la base des requêtes des utilisateurs.

Les utilisateurs de Qwant avaient effectué environ 1,6 milliard de requêtes de recherche en 2014, un chiffre qui représente moins de la moitié des requêtes traitées par Google en une seule journée. Mais Qwant va en avant et prévoit de publier une version pour enfants de son moteur de recherche, appelée Qwant Junior, au début de 2015. Google a annoncé des plans similaires pour un moteur de recherche spécialement conçu pour les enfants. Le ministère français de l’éducation a déclaré qu’il commencerait à utiliser Qwant Junior dans certaines écoles françaises.

Éric Leandri, un cofondateur de Qwant, a déclaré : «Si vous avez trois millions d’enfants qui feront une recherche sur Qwant, il y aura six millions de parents qui connaîtront Qwant ».

De nombreux moteurs de recherche jeunes et axés sur la confidentialité, de Qwant à DuckDuckGo en passant par Ixquick, évitent de se développer bien au-delà du moteur de recherche. Alors que les pratiques de collecte de données de Google sont ancrées dans les activités publicitaires qu’il a développées au-delà de son moteur de recherche, les violations de la confidentialité par les utilisateurs ont augmenté de manière exponentielle.

Le suivi par Google des utilisateurs sur Internet (pas seulement sur son propre site), son analyse des messages des utilisateurs de Gmail et le suivi effectué via le navigateur Chrome sont tous intervenus après l’expansion de Google au-delà du moteur de recherche. Chaque expansion de la société continue de soulever une foule de critiques et de préoccupations, en particulier ses récentes incursions dans la domotique et la recherche en santé.

Mais un moteur de recherche qui n’est qu’un moteur de recherche peut-il rivaliser avec Google ?

Avec NetMarketShare signalant que la part de marché des moteurs de recherche sur ordinateur Google dépasse 83% dans le monde, cela semble une tâche difficile. Mais comme le note Qwant, il n’essaie pas de fournir le même service que Google.

Rozan, un autre co-fondateur de Qwant a expliqué : «Nous voulons donner des résultats à la fois sur le Web et sur les réseaux sociaux. Si nous n’offrons que le même service que Google, nous devrions nous arrêter maintenant. »

Au cours de la prochaine année, il sera intéressant de voir combien d’utilisateurs – en Europe et dans le monde – s’opposent suffisamment au suivi et à la surveillance de Google. D’explorer leurs options pour les moteurs de recherche alternatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *